要聯繫我們,請點擊 人类传宗接代
主頁

聯繫方式

自由在迦南

飛去來器效應

生命来自知识

我們的目標

成功的過渡

法国和神

各機關女性外陰

聽音樂邊閱讀

大饑荒,這場大屠殺

科学化主题

的解放者以色列

大饑荒,拯救烏克蘭的大屠殺

上一章 封面的象徵意義 下一章
此頁面的其他翻譯
下一章 頁首

CHAPITRE 2


Non ! Ils ne sont pas morts en vain


2 – 3 L’Aurore du septième jour de Dieu


C’est dans notre sincérité à conduire ceux que nous voulons protéger de l’erreur, que celle-ci nous piège, là où nous nous croyons invulnérables. Nous nous croyons dans une parfaite légitimité de condamner celui sur qui notre devoir envers lui, nous donne l’impression de posséder des droits, sans prendre conscience que c’est dans cette condamnation de sa descendance, que Satan lui-même se sera fait piéger lors de sa projection sur terre. Tous ses apprentissages à masquer ses émotions pour mieux paraitre celui qui respecte parfaitement les règles divines et en entrainer le plus possible à le suive, piège aujourd’hui Satan sur ce qu’il considère ses droits sur sa descendance. Là où les droits de Lucifer se limitaient à ses devoirs envers l’humain, Satan, au travers de Vladimir Poutine n’a plus regardé qu’à ses droits sur ceux qu’ils considère issues de la même orthodoxie que lui et se trouve ainsi dévoilé au monde entier, au travers de « l’opération spéciale russe » en Ukraine.

Nous ne devons pas nous voiler la face, si notre civilisation en est à ce niveau aujourd’hui, c’est que Dieu nous donne l’aspiration à sortir définitivement du monde animal duquel nous venons et qui avait été placé sous la tutelle répressive de Lucifer. Si l’humain se laissa séduire à suivre ce tuteur qui prît en cela le nom de Satan, au temps d’Adam et Ève, l’humanité en adopta majoritairement le mode de fonctionnement, là où Dieu eût voulu que l’humain ne domina pas son semblable, mais seulement son propre système émotionnel pour le maintenir hors des voies de Satan. Aujourd’hui que nous sommes appelés à devoir ne plus agir selon un mode de fonctionnement par domination de notre système émotionnel, mais par « amour », comme nous le verrons plus loin, ce n’est donc pas pour retourner à celui pré Adam et Ève, comme la Russie le fait actuellement.

Si Dieu permet que nous soyons encore partagés entre deux mode le fonctionnement complémentaires l’un à l’autre, c’est qu’ils sont encore tous deux appelés à nous maintenir sur les valeurs de notre génétique, l’un par la méthode forte afin que nous parvenions à dompter notre système émotionnel construit sur les valeurs anciennes, l’autre en acceptant de nous laisser conduire à recevoir de l’Éternel Dieu en Jésus-Christ, sa nature divine, qui permit à son Fils bien aimé, d’accomplir la loi donnée par Dieu à Moïse.

Cette nature divine n’est pas une doctrine de non-violence, pas plus qu’une religion de la connaissance du bien et du mal, à l’image de tièdes que Dieu vomira. Elle est bien au contraire le fait d’accepter d’apprendre à dominer tout notre propre système émotionnel, pour produire la meilleure approche possible vers le divin, avant d’être conduits par Jésus dans les cieux, à redevenir de petits enfants qui ne savent pas. C’est seulement dans le désir de recevoir de Christ, la part émotionnelle en rapport à la situation rencontrée, qui lui permet de doter notre cerveau de sa vraie nature à l’âge adulte et de réécrire en nous les programmations anciennes effectuées initialement. C’est pourquoi il ne s’agit pas de se croire transformé une fois pour toute par le baptême du Saint-Esprit, car cela conduit à la confusion entre nos propres désirs et la réalité de Dieu, mais d’avancer pas à pas à ses côtés pour pouvoir prendre conscience de ce qui n’est pas à notre portée, et que Dieu veut nous offrir par Grâce en Jésus-Christ.

Le souhait de l’Éternel Dieu, est qu’en Jésus-Christ aucun humain ne tombe dans le piège dans lequel tombèrent ces tyrans, qui mirent en pratique cette duperie satanique, comme des Lénine, Staline, Poutine, en croyant peut-être eux-mêmes agir pour ce qu’ils considéraient le vrai Dieu. En Jésus-Christ, Dieu nous demande de pouvoir aller jusqu’à aimer notre ennemi comme nous-mêmes et ce n’est donc pas à nous d’adopter les règles de Satan, si nous voulons en obtenir un résultat selon Dieu.

Ce que l’homme combat sans l’aide de Dieu, même s’il le fait « pour » Dieu, le conduit à mener le bon combat de mauvaise façon et c’est le piège qui se referme sur lui ou sur sa descendance, lorsque sa sincérité n’est pas la Vérité divine. C’est dans notre sincérité que nous nous faisons le plus facilement piéger à adopter au nom de Dieu, le mode de fonctionnement réservé à celui qui devin Satan, à cause de sa propre désobéissance à Dieu.

L’important est donc de ne pas travailler « pour » Dieu avec une mauvaise adaptation de notre système émotionnel ancien, mais « avec » Dieu, pour lui ouvrir le droit à la reconstruction de ce système émotionnel selon la Nature Divine.

C’est sans doute dans leur sincérité à servir ce qu’ils considéraient une juste cause, vécue comme une religion d’état, que la plus grande partie de ces russes, sans doute pas pires que d’autres, furent rendus aveugle envers Dieu et devinrent les bourreaux de ceux qui étaient restés attachés à l’Éternel Dieu. La haine que ce « petit père des peuples » manifesta contre ces millions attachés à ce Dieu d’Amour, n’eût sans doute d’égale que celle dont il avait souffert lui-même et dont il tirait l’image spirituelle de l’Éternel Dieu, alors qu’elle correspondait exactement à celle de ce tuteur devenu menteur, dont il tira son mode de fonctionnement. Au travers de son combat contre Dieu, seul Satan sait manifester cette haine au point d’envisager froidement cette extermination volontaire par la famine de tant de millions de malheureux ukrainiens que fut l’Holodomor, tout comme Hitler pratiqua l’extermination juive de la Shoa et d’autres holocaustes oubliés.

Celui qui se croit fort et puissant au point de pouvoir mener sa vie sans Dieu, ou en prenant Dieu par la main, ne se doute pas de ce qui l’attend, car Dieu ne laisse pas impuni à jamais toutes les exactions humaines, d’autant plus si le persécuté reste plus attaché à Lui qu’à sa propre vengeance, comme ce fut le cas de son peuple en Égypte. C’est là la clé de ce qui sauve aujourd’hui l’Ukraine, car si à l’image de Pharaon, Hitler extermina le peuple Juif et conduisit à la restauration d’Israël en 1948, l’opération spéciale de Monsieur Poutine, signe aujourd’hui l’application de la première sentence, qui pèse sur Satan depuis six mille ans, d’être lié pour mille ans.   

L’Éternel Dieu répond aujourd’hui à la prière de ces millions d’ukrainiens qui furent exterminés sciemment il y a quatre-vingt-dix ans au nom de cette religion sans Dieu, que Satan tenta d’utiliser pour ramener l’humanité à sa plus simple expression animale de l’homo sapiens. Les Églises, que sont nos démocraties chrétiennes doivent lutter pour que le septième jour de Dieu se lève, durant lequel l’Éternel Dieu se reposera, car sa justice règnera sur terre et dans les cieux, au travers du vrai Sauveur dont le sceptre de fer sera juste, car jamais dépourvu de l’Amour divin, contrairement à l’imagination destructrice de l’antéchrist qui l’aura précédé.

Si la tiédeur envers Dieu est celle qui conduira Dieu à vomir les tièdes, comme il est bibliquement enseigné dans de multiples églises chrétiennes de par le monde, c’est que notre intelligence ne peut en aucune façon remplacé la présence divine. Soit elle conduit à devenir ce que ces bourreaux devinrent, soit elle conduit à la présomption d’être meilleurs que Dieu, par l’acceptation de concessions envers notre génétique et c’est pourquoi elle doit être renouvelée aujourd’hui en Jésus-Christ, pour ne pas faire taire le Saint-Esprit en nous.

L’intelligence, la vrai, est celle qui tient compte du Saint-Esprit à redevenir un petit enfant, car celui-ci découvre de réelles capacités qui lui étaient jusqu’alors inconnues, tant qu’il voulait en obtenir la synthèse par sa seule intelligence.

Dieu veut nous bénir bien au-delà de nos espérances et c’est au travers de ces découvertes que nous pouvons prendre conscience, qu’il tient aujourd’hui les promesses qu’il fit à nos pères dans la foi. Si nous avons la chance de vivre une époque aussi cruciale pour l’humanité, c’est à nous de ne pas rater la porte encore ouverte, en veillant à ne pas nous laisser convaincre par autre chose que la raison de nous Aimer les uns les autres, jusqu’à pouvoir Aimer notre ennemi comme nous-mêmes.

S’il n’en ressort pour certains qu’une philosophie, Jésus ne nous l’enseigna pas ainsi, car dit-il « on reconnait l’arbre à son fruit ». C’est aussi en cela que les paroles de certains doivent nous tenir en éveil plus que d’autres, comme ce fut le cas de celles que Primo Levi nous laissa à son retour d'Auschwitz : [C’est pourquoi nous avons tous le devoir de méditer sur ce qui s'est produit. Tous nous devons savoir, ou nous souvenir, que lorsqu'ils parlaient en public, Hitler et Mussolini étaient crus, applaudis, admirés, adorés comme des dieux. C'étaient des « chefs charismatiques », ils possédaient un mystérieux pouvoir de séduction qui ne devait rien à la crédibilité ou à la justesse des propos qu'ils tenaient mais qui venait de la façon suggestive dont ils les tenaient, à leur éloquence, à leur faconde d'histrions, peut­-être innée, peut-être patiemment étudiée et mise au point. Les idées qu'ils proclamaient n'étaient pas toujours les mêmes et étaient en général aberrantes, stupides ou cruelles ; et pourtant ils furent acclamés et suivis jusqu'à leur mort par des milliers de fidèles. Il faut rappeler que ces fidèles, et parmi eux les exécuteurs zélés d'ordres inhumains, n'étaient pas des bourreaux-nés, ce n'étaient pas – sauf rares exceptions – des monstres, c'étaient des hommes quelconques. Les monstres existent, mais ils sont trop peu nombreux pour être vraiment dangereux ; ceux qui sont plus dangereux, ce sont les hommes ordinaires, les fonctionnaires prêts à croire et à obéir sans discuter, comme Eichmann, comme Höss, le commandant d’Auschwitz, comme Stangl, le commandant de Treblinka, comme, vingt ans après, les militaires français qui tuèrent en Algérie, et comme, trente ans après, les militaires américains qui tuèrent au Viêt-Nam. (Ou aujourd’hui les militaires russes qui tentent d’exterminer l’Ukraine…)

Il faut donc nous méfier de ceux qui cherchent à nous convaincre par d'autres voies que par la raison, autrement dit des chefs charismatiques : nous devons bien peser notre décision avant de déléguer à quelqu'un d'autre le pouvoir de juger et de vouloir à notre place. Puisqu'il est difficile de distinguer les vrais prophètes des faux, méfions-nous de tous les prophètes ; il vaut mieux renoncer aux vérités révélées, même si elles nous transpor­tent par leur simplicité et par leur éclat, même si nous les trouvons commodes parce qu'on les a gratis. Il vaut mieux se contenter d'autres vérités plus modestes et moins enthousias­mantes, de celles que l'on conquiert laborieusement, progressive­ment et sans brûler les étapes, par l'étude, la discussion et le raisonnement, et qui peuvent être vérifiées et démontrées.

Bien entendu, cette recette est trop simple pour pouvoir s'appliquer à tous les cas : il se peut qu'un nouveau fascisme, avec son cortège d'intolérance, d'abus et de servitude, naisse hors de notre pays et y soit importé, peut-être subrepticement et camouflé sous d'autres noms ; ou qu'il se déchaîne de l'intérieur avec une violence capable de renverser toutes les barrières. Alors, les conseils de sagesse ne servent plus, et il faut trouver la force de résister : en cela aussi, le souvenir de ce qui s'est passé au cœur de l'Europe, il n'y a pas si longtemps, peut-être une aide et un avertissement.]

Au cœur de cette Europe est aujourd’hui l’Ukraine, qui n’est peut-être pas encore totalement intégrée à cent-pour-cent dans les démocraties chrétiennes de l’Union Européenne, mais dont le cœur est déjà tellement ancré dans l’Éternel Dieu d’Amour en Jésus-Christ, qu’elle porte déjà un meilleur fruit que beaucoup d’entre nous qui sommes citoyens de l’Europe depuis plusieurs décennies.

S’il est impossible de sortir indemne de soixante-dix années de fournaise satanique sans Dieu, la preuve de l’existence de Dieu est dans les quelques décennies que les ukrainiens mirent à se sortir du marasme dans lequel les avait enfoncés l’URSS, là où les glorieux russes de la grande et sainte Russie s’enfoncent chaque jour un peu plus. C’est à chacun de choisir ce Dieu en Jésus-Christ et d’en faire son Sauveur personnel et Seigneur, s’il souhaite entrer dans la lumière de ce Millénium que l’on voit poindre sur le monde et dont l’Ukraine est aujourd’hui un flambeau.

Nombreuses sont les nations de par le monde, qui briquent à devenir un de ces flambeau au travers de courant populistes, démocratiques ou non, chrétiens ou non, à cause de tous ceux qui « croient savoir ». L’Éternel Dieu ne donne pourtant ce flambeau qu’aux nations qui acceptent de redevenir de petits enfants qui « ne savent pas », et travaillent collectivement à revêtir son Amour plutôt qu’à faire régner sa loi selon leur propre interprétation de se vouloir plus fortes que les autres. Ce que ces gens parmi ces nations ignorent, c’est que ces bourreaux, que devinrent Vladimir Poutine et tant d’autres, n’étaient pas des bourreaux nés, mais le sont devenu au travers de mauvaises motivations, qui les conduisirent à un mauvais mode fonctionnement, dont Satan se réjouit aujourd’hui de voir qu’après qu’il aura été lié, des humains continuerons de lui donner raison.

C’est là la tâche qui sera réservée aux démocraties et à chaque humain dans celles-ci, durant le millénium à venir, dans le mode de fonctionnement de leur Seigneur et Sauveur, qui les conduira vers l’Amour divin en chacun. C’est là la porte que Dieu ouvre à l’humanité qui n’aura pas accepté de dominer l’humain et qui sera devenue l’Épouse de Christ, alors qu’elle n’est aujourd’hui que l’Église de Philadelphie en Apocalypse 3-8 : Je connais tes œuvres. Voici, parce que tu as peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom, j'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer.

C’est ce témoignage divin de l’humilité qu’apporta l’Holodomor, qui sauva l’Ukraine, car il lui apporta ce que la « Grande et Sainte Russie » s’évertue à faire valoir sa puissance en adoptant le mode de fonctionnement de Satan, tout en se cachant derrière la parole de Dieu pour pouvoir appeler les ukrainiens « Nazi », là où eux-mêmes en manifestent l’attitude.

Ils cherchent à retirer la paille qui est dans l’œil des ukrainiens sans voir la poutre qui est dans le leur, et c’est aussi pourquoi il vaut mieux les plaindre que les blâmer, sans pour autant céder à un seul iota de leurs velléités. Il est fondamental à notre niveau de leur ouvrir le droit à la repentance, à laquelle tout humain à droit malgré ses erreurs, car Jésus à la Croix n’insulta pas ses bourreaux, mais dit « Père, pardonnes leur ! Ils ne savent pas ce qu’ils font ! ».

Le retour vers Dieu, de la majorité des russes, se trouve sans doute dans la victoire sans faille de l’Ukraine, car la grâce de Dieu sera manifestée par la défaite de ce qu’ils appellent la « Grande et Sainte Russie ». Ce sera là une grâce de Dieu, car celle-ci leur ouvrira les portes de la repentance que vécurent les allemands. Il en ira ainsi de toute forme de théocratie, qui un jour ou l’autre fera place au Royaume des Sacrificateurs, que Jésus prépare pour Dieu son Père.

L’Ukraine et toutes les nations de la terre en feront partie, car tout humain aura été lavé de sa nature animale et de toutes ses traditions impures l’éloignant de son Créateur durant ce Septième jour de Dieu, ce Millénium que l’on voit poindre comme une aurore naissante sur l’humanité.


Haut